Journal

JOUR 20 2019-02-15 - Rinas-Albasan (Albanie) 94 km.

Temps ensoleillé
J’ai choisi de faire à pieds les deux kilomètres qui séparent l’aéroport de l’hôtel où j’ai laissé l’Ape. Ma priorité est d’aller offrir la paire de lunette que j’ai achetée à Walton au serveur du restaurant. Il est surpris et ému, et moi je suis heureux de lui faire plaisir.
Je vérifie mon véhicule, je fais le plein d’essence et je reprends mon aventure là où je l’ai laissé quelques jours plutôt.
La route qui relie Rinas et son aéroport à Tirana traverse une grande pleine entourée de montagne enneigées. De chaque côt...


suite...
JOUR 20 2019-02-15 - Rinas-Albasan (Albanie) 94 km.


Ensoleillé.
J’ai choisi de faire à pieds les deux kilomètres qui séparent l’aéroport de l’hôtel où j’ai laissé l’Ape. Ma priorité est d’aller offrir la paire de lunette que j’ai achetée à Walton au serveur du restaurant. Il est surpris et ému, et moi je suis heureux de lui faire plaisir.
Je vérifie mon véhicule, je fais le plein d’essence et je reprends mon aventure là où je l’ai laissé quelques jours plutôt.
La route qui relie Rinas et son aéroport à Tirana traverse une grande pleine entourée de montagne enneigées. De chaque côt...


suite...
JOUR 14 2019-02-08 - ALBANIE: Ancôna-Durrés ( En bateau environ 570 km) Puis Du

La nuit n’a pas été désagréable, allongé sur une banquette, couvert d’un plaid acheté à Cesena, rappelant les formes géométriques du chèche de Kadhafi.

Je me suis isolé au fond du salon, juste devant l’écran télé qui semble hors d’usage, ainsi personne ne prend place prêt de moi. Je fais quelques allers-retours sur le pont pour prendre l’air et tuer le temps. Midi arrive vite. Après le repas, une dizaine d’albanais, tous aussi costauds que Sébastien Chabal, plus indiscrets les uns que les autres viennent s’installer à proximité, disposant un écran...


suite...
JOUR 14 2019-02-08 - ALBANIE:Ancôna-Durrés ( En bateau environ 570 km) Puis Dur

La nuit n’a pas été désagréable, allongé sur une banquette, couvert d’un plaid acheté à Cesena, rappelant les formes géométriques du chèche de Kadhafi.

Je me suis isolé au fond du salon, juste devant l’écran télé qui semble hors d’usage, ainsi personne ne prend place prêt de moi. Je fais quelques allers-retours sur le pont pour prendre l’air et tuer le temps. Midi arrive vite. Après le repas, une dizaine d’albanais, tous aussi costauds que Sébastien Chabal, plus indiscrets les uns que les autres viennent s’installer à proximité, disposant un écran...


suite...
JOUR 13 2019-02-07 - Fabriano-Ancône. 110 km.

Comme presque chaque jour depuis le début de ce voyage, le sifflement des acouphènes accompagne mon réveil. Et ce matin, elles raisonnent méchamment. Pas suffisamment pour me décourager. Je sais que les acouphènes s’accentuent avec le stress et que le psychisme a une part de responsabilité sur la perception du sifflement. Alors pas de panique, le « lâcher prise » est la meilleure façon de s’en débarrasser.

En peu de temps, je quitte Fabriano et emprunte la belle ligne droite de la Via Dante en direction d’Ancône. A la sortie de l’agglomération, je m’arrête...


suite...
JOUR 12 2019-02-06 - Città di Castello- Fabriano. 100 km.

Ensolleillé.

Je me lève plus tôt que d’habitude vers 7h15, d’abord pour saluer Antonella avant qu’elle parte travailler, ensuite parce que Martina vient faire un peu de ménage chez sa mère, dans l’appartement où je suis hébergé.

Je sors le triporteur du garage pour le placer au soleil qui a refait son apparition ce matin. Le ciel est pur et l’air est à vif. Je sangle le cadre du vélo à son emplacement contre les housses rouges contenant les roues et je charge les caisses de matériel.
Je quitte la maison des Méarelli vers 11h30, j’ai rendez-v...


suite...
JOUR 10 et 11 2019-02-04 - Città di Castelo

Le lendemain soir, lundi, après sa journée de travail, Marco me conduit au « Musée de la Vespa ». C’est l’exposition privée d’une cinquantaine de modèle de Vespa et de Lambretta. Toutes générations, tous modèles restaurés exposés dans un hall lumineux. La visite en compagnie de Lilo, le président du club de Vespa me fait découvrir des merveilles du passé. Il m’explique les différentes expéditions qui ont été réalisé à travers l’Europe et l’Asie par des « Castellans » dans les années 50.

Deux jours pour revoir 29 ans après la famille de mes e...


suite...
JOUR 9 2019-02-03 - Cézena- Città di Castello (Italie) 145 km.

Brumeux et pluie.
Ma première pensée à mon réveil est pour Patricia qui fête aujourd’hui ses 56 ans. C’est la première fois depuis 16 ans que je ne suis pas avec elle pour ce jour extraordinaire.
Giancarlo a rendez-vous à 10h. Je quitte donc son appartement assez tôt pour ne pas le déranger. Sa voisine intriguée vient voir l’Ape et me pose quelques questions dont celle-ci : Pourquoi voyagez-vous avec un Ape ? –et de lui répondre : » Parce que si je voyageais en voiture vous ne seriez pas venu me poser cette question, et je n’aurai pas eu l’occasion de vous re...


suite...
JOUR 8 2019-02-02 - Nonantola-Cézena 140 km.

Pluie toute la journée.
Ça ne va pas fort ce matin, les acouphènes persistent, j’ai l’esprit embrumé et ma gorge est un peu irritée. Je suis encore dans mon duvet lorsque les clients d’Enrico discutent dans la cuisine en préparant le café.
J’envisage de quitter la maison vers 10h de manière à pouvoir arriver plus tôt ce soir à ma destination, j’ai rendez-vous avec Giancarlo à Cesena vers 17h. Une dernière photo devant la façade de la maison avec Enrico et je prends la route. Je rends visite à Emmanuela, la copine de Enrico, qui habite non loin de là puis j...


suite...
JOUR 7 2019-02-01 - Nonantola, jour de repos.

Ce matin, en discutant avec Enrico, j’ai compris une chose et j’ai trouvé une partie de la réponse à la Question:
-«Les problèmes sont des arbres enracinés à la terre où je vis. Fuir ou s’échapper est la seule solution pour les élaguer ».
Enrico, avait une bonne situation, il travaillait comme ingénieur logistique dans une grande entreprise. Il a voulu changer de vie, ouvrir une maison d’hôtes dans la campagne de Modéna, une terre où il vivait déjà et qu’il aime par-dessus tout. Aujourd’hui il me confie que les problèmes sont toujours les mêmes.
L...


suite...
Voir d'autres étapes
2